MAIS QUE FAIT LE CONSEIL SYNDICAL ?

Publié le par Alain Poupon

Avez-vous déjà entendu cette phrase ? Nous, oui, plusieurs fois.

Et, malheureusement, il ne s’agissait pas de questions mais d’invectives !

Nous nous sommes donc dit qu’en les prenant comme des questions

et en y répondant, on éviterait peut-être le désagrément des secondes.

Voici donc une description rapide de notre rôle et de la façon

dont nous tentons de le tenir …

 

 

Le Conseil Syndical ne gère pas la copropriété, il ne fait,

comme la loi le veut, qu’assister et contrôler le syndic dans sa gestion.

Et ici, indépendamment de la qualité du travail du syndic,

le Conseil syndical, sans que rien ne l’y oblige, assiste et contrôle beaucoup.

 

 

La gestion du syndic traite tant des problèmes financiers

que des problèmes techniques :

-         financiers : rentrées d’argent, dépenses, fonds de roulement,

établissement du budget prévisionnel, …

-         « techniques » : travaux, consommations, fournisseurs, contrats, …

mais aussi suivi de la copropriété (visites, interventions urgentes

et actions préventives, suivi des gardiens, …).

 

 

( Il faut signaler ici que tout ce qui concerne la copropriété

doit être traité à un triple niveau :

 

-         « au fil de l’eau », les problèmes du quotidien, au quotidien,

 

-         à l’échelle d’une année de gestion, entre deux Assemblées Générales,

 

-         en préparant l’avenir ; prévision et planification des gros travaux futurs. )

 

 

 

Dans tous ces domaines, sans exception, le Conseil syndical est présent,

met « son grain de sel » et exerce sa vigilance

( de collaboration et non pas de défiance) partout,

de l’essentiel au détail.

 

 

Cela se traduit d’abord par un dialogue permanent avec le syndic,

sous forme

- d’envois réguliers au Conseil de tous les documents traitant

de ce qui précède,

- de rencontres hebdomadaires avec le syndic pour faire le point

sur les affaires en cours,

- d’interventions impromptues à chaque fois que nécessaire.

 

 

Tout ceci est formalisé par des comptes rendus écrits effectués chaque semaine

par le président du Conseil, servant de base d’échanges

avec le syndic pour traiter des problèmes en cours.

Cela, qui suppose d’exercer une attention permanente

sur ce qui va ou ne va pas, permet un suivi précis de l’avancement

de toutes les affaires de la copropriété.

 

 

Tous les membres du Conseil syndical ne participent évidemment pas

à ces rencontres hebdomadaires (Il faut disposer de temps,

ou pouvoir et choisir d’en prendre). Par contre ils sont tous conviés

aux réunions de ce Conseil qui ont lieu une fois par mois (durée 1h30 à 2h),

où sont traités les principaux points et où sont prises d’éventuelles décisions

qui sont de sa compétence (le pouvoir de décision du Conseil

est limité à de petits travaux).

Les comptes rendus de ces réunions sont affichés, en permanence,

dans les halls d’entrée des immeubles et sont envoyés par Internet

à ceux qui en font la demande.

 

 

Note à l’usage d’éventuels candidats : comme dans toutes les équipes,

les chevilles ouvrières ne sont pas pléthore

mais il faut aussi le bon sens et la sagesse de ceux

qui sont moins disponibles mais acceptent de donner

un peu de temps (cf. ci-dessus) à « cette cause d’intérêt général ».

 

 

Comme toutes les questions n’attendent pas nos réunions mensuelles,

le téléphone chauffe souvent et surtout Internet

nous permet dialogues et consultations permanentes entre membres

du conseil et aussi syndic.

 

 

Au-delà de l’exercice ordinaire de leur vigilance,

certains participent régulièrement aux visites des immeubles et installations,

exercées par le syndic, qu’elles soient de simple routine ou justifiées

par des travaux ou des impondérables.

( La présence dans le conseil de gens qui ont une grande connaissance

des installations et histoires de la copropriété, est très souvent d’un grand secours).

 

 

Tout ceci concernait surtout la vie « au fil de l’eau ».

Mais pour la préparation et le suivi des tâches plus conséquentes,

il y a là aussi pas mal de travail.

A commencer par les finances. Heureusement pour nous,

le Conseil dispose de deux « femmes de l’art » qui, avec le président,

suivent de très près les finances. Depuis un an, ils exercent,

trimestriellement, un contrôle financier qui précédemment ne pouvait

avoir lieu qu’une fois l’an.

Sans compter la préparation des budgets prévisionnels …

Et puis les grosses études techniques, dont il faut contrôler la pertinence …

Et puis …

 

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire mais certains pourraient

penser que les gens du Conseil syndical ont bien du temps à perdre

pour passer leur temps à de tels plaidoyers pro domo !

On va donc s’arrêter là en espérant avoir néanmoins répondu

à une partie de la question du début et en souhaitant

que vous n’hésiterez pas à nous dire comment tout ceci est améliorable et,

pour quelques-uns, à nous rejoindre.

 

 

Avec nos amitiés.

 

 

Au nom du Conseil syndical, Alain Poupon.

 

 

PS. J’oubliais de répondre à une interrogation également entendue :

cette activité est bénévole. Intégralement bénévole.

Commenter cet article