Transformer votre toit en jardin

Publié le par Hervé Léger

RESIDENCE TORCY EVANGILE

Une étude de l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR) a recensé dans la capitale un potentiel de 3,1 millions de m2 de toits plats susceptibles d'être "végétalisés" ( soit dix fois la surface des Buttes-Chaumont).

C'est le cas de notre résidence mais aussi de bien d'autres immeubles dans le quartier La Chapelle comme le Trésor public de la rue Riquet ( ex Clinique) ou encore la Tour Boucry.

Bref le potentiel existe bel et bien dans un quartier où la verdure manque beaucoup.

Certes l'arrivée en mars prochain des jardins d'Eole de l'autre côté du pont Riquet sera une vraie bouffée d'oxygène. Mais on peut rêver à la mise en place de cette idée dans les années à venir quand on voit que tous ces toits sont autant de surfaces désertes où ne poussent que des graviers, des antennes et des panneaux publicitaires. Des surfaces vides qu'il suffirait de planter pour créer des millions de m2 de verdure en plein ciel de Paris, loin de la cohue de la rue.

Actuellement seuls 100 000 à 150 000M2 de toitures parisiennes sont verts, concentrés dans le XV, XVI et XXème arrondissement de Paris.

Depuis mars 2005 et un vote du Conseil de Paris, il est désormais obligatoire d'étudier la faisabilité d'une "végétalisation" d'un toit à chaque opération de construction ou de réhabilitation municipale. De même la région propose des subventions exceptionnelles pour la création de toits verts.

Rappelons qu'une toiture végétalisée isole mieux. On peut économiser jusqu'à 5°C l'été" comme l'affirme Fadia Couette botaniste et conférencière pour le service d'écologie urbaine. Enfin, les arbres sur les toits absorbent une partie non négligeable de la pollution.

Il faut cependant rester réaliste car cette idée n'est valable que pour les toits plats et qu'il y a un coût à l'entretien surtout la première année.

Enfin, le quartier La Chapelle dispose dans ce domaine d'un large potentiel. Il suffit pour cela de regarder du côté des nombreuses opérations de réhabillitation comme l'ilôt caillé ou rue Marx Dormoy avec la construction de la nouvelle rue Neuve. Mais, une seule opération comprendra une végétalisation. On est loin donc du vote du Conseil de Paris qui prévoyait l'étude de faisabilité d'une végétalisation sur les toits terrasses.

Hervé Léger mardi 30 janvier 2007

 

Commenter cet article