Quel avenir pour le marché couvert La Chapelle?

Publié le par Hervé Léger

RESIDENCE TORCY EVANGILE

Sur les treize marchés couverts que comptent la capitale, le marché couvert La Chapelle et sa très belle halle a du mal à exister dans un contexte général difficile pour le commerce de proximité. Les commerçants de cette halle, héritages d'une époque florissante, ont du mal à survivre aujourd'hui.

Pourtant la situation est différente d'un secteur à un autre. Du côté rive gauche la situation est inverse. A Passy, Saint-Germain , les marchés ne désemplissent pas.

En revanche, dans le XIXème, deux marchés risquent de disparaître à brève échéance. Le marché Riquet (situé juste après le pont donnant accès au futur jardin EOLE), moribond pendant des années, est au coeur d'une polémique entre les élus et les commerçants casher de confession juive. En effet, la situation commerciale a été redressée mais les commerçants refusent pour des questions religieuses, d'ouvrir le samedi.

Au marché de la rue de l'Olive, le marché La Chapelle éprouve des difficultés et à du mal à fonctionner car il est occupé à moins de 60% alors que la moyenne sur les 13 marchés couverts de Paris est de 82%.

Certes des travaux sont prévus pour refaire dans sa totalité la halle et lui redonner une nouvelle jeunesse. Mais de nombreux commerçants sont en proie au doute car la durée des travaux est jugée trop longue. Il est question de commencer ces travaux de réaménagements, d'embellissement et de mise aux normes pour cet été.  Le déplacement sur la place Torcy de l'ensemble de ces commerçants en juillet 2007 n'est pas du goût de tous. La fin des travaux serait programmé pour janvier 2009 et obligerait les commerçants à ne pas exercer pendant les deux réveillons de fin d'année ( 2007 et 2008) : soit une perte de chiffre d'affaire selon eux car les conditions de travail et d'accueil sur la place Torcy ne seront pas optimale comme sous la halle.

Les commerçants du marché couvert La Chapelle souhaitent repousser la date des travaux pour janvier 2008 afin de ne perdre q'un seul Noel et un seul Nouvel An.

Enfin de nombreux commerçants sont proches de la retraite et rien ne permet pour l'heure de savoir si les activités de boucherie ou de vente de volailles par exemple seront remis après les travaux.

Ces travaux sont cependant nécessaires pour redonner un coup de jeune à cette halle et l'ouvrir vers l'extérieur. Mais il est important de prendre en compte les souhaits de chacun afin de retrouver un poissonnier, un boucher ou encore un fromager.

Un travail de proximité doit-être entamé avec les élus, les commerçants et la société qui gère ce marché. Reste à renouveller les commerces à l'intérieur du marché en aidant les nouveaux arrivants. Enfin, les prix pratiqués sont souvent décriés par beaucoup comme trop chers. Un travail sur la qualité est à faire pour essayer de capter une nouvelle clientèle plus exigeante.

Hervé Léger vendredi 23 janvier 2007

Commenter cet article

Alysia 26/02/2007 12:50

Je pense que ce sont toutes des bonnes idées - surtout l'idée d'impliquer les écoles, pour que les enfants connaissent et apprécient le marché, pour qu'ils en soient fiers. Malheureusement ce n'est pas moi qui puisse mettre en place ces projets - c'est aux commerçants. Mais les commerçants du marché ont l'air un brin désabusés, et puis il faut souligner que certains n'habitent même pas le quartier. D'ailleurs, je n'ai jamais vu un commerçant du quartier - du marché ou pas du marché - assister à une réunion du conseil du quartier.

riverain 24/02/2007 16:27

il faut encourager ce marché? pourquoi une fois par mois ne pas y faire venir de petits producteurs locaux? peut etre a l occasion du salon d e l agriculture? d une foire aux vins? avec les viticulteurs independants par exemple? ou les cooperatives? pourquoi ne pas créer un rendez vous annuel? un jumelage avec d autres marchés de paris? un cepage "marche de l olive? imprimer des cartes posqtles a l effigie du marche? je mets en vrac mais je pense qu un rendez vous de producteurs serait le bienvenue... peut etre les ecoles du quartier pourraient y plancher? a noter un peu plus loin, mqis toujours dans le quartier l ouverture d un nouveau marchand de journaux a encoiurager c est rue myhra et pres de chez isabelle cherchevsky. bon week end a tous! ps: que pensez vous des idees?

hervé 24/02/2007 11:33

Tout a fait d'accord

Alysia 23/02/2007 16:35

On entend souvent que le marché est trop cher - on entend aussi qu'il est sal, désagréable, triste, etc. J'aurais tendance à croire que le problème n'est pas tellement une manque de pouvoir d'achat dans le quartier, mais plutôt une manque d'ENVIE de franchir les portes de cette halle. C'est dommage, car j'apprécie beaucoup la présence de cet endroit (je le vois de mes fenêtres et il est beau!) et j'essaie d'y faire un maximum d'achats. Mais la concurrence des commerces asiatiques, de Monoprix, ED et Franprix, et des bouchers et fruitiers de la rue d'Olive est rude. Ce marché n'est pas valorisé et les gens du quartier ne comprennent pas tous à quel point il est important - c'est ce marché qui différencie notre quartier des autres qui l'entourent.