Société Tafanel : quel avenir pour cette société dans le quartier La Chapelle?

Publié le par Hervé Léger

La société TAFANEL installée dans le quartier La Chapelle depuis plusieurs années, continue à susciter la polémique. En effet, les allers et venues de ces camions dans notre quartier alimentent les conversations des habitants et des associations du quartier en termes de pollutions et de sécurité.

L'association GARE AUX POLLUTIONS milite pour le déplacement de cette société jugée polluante. En effet, vers 6h00 du matin au niveau du N°102 rue d'Aubervilliers le départ de nombreux camions accentue la pollution de l'air et engendre une augmentation du trafic dans cette rue ainsi qu'un niveau sonore élevé aux abords de cette entreprise.

En 2006, le conseil de quartier La Chapelle avait obtenu après une réunion avec les dirigeants de cette société, de modifier le parcours des camions chargée de transporter des boissons. En effet, après un passage dans l'un des dépôts de la société situé au 61 rue de La Chapelle, les camions traversaient le quartier La Chapelle, ses écoles, son collège et accentuaient les risques d'accidents.

Le conseil de quartier La Chapelle avait obtenu (via une note interne aux camioneurs) que l'ensemble des camions privilégie le parcours le long des boulevards des Maréchaux ( BD Ney, Avenue de la Porte d'Aubervilliers). Mais force est de constater que rien n'a changé. Les camions rouges continuent de traverser le quartier par la rue Boucry malgré la pose de ralentisseurs à la place Hébert.

Quel devenir peut-on proposer à cette société de quartier? En n'incitant pas ses camions à changer d'itinéraire, la société TAFANEL démontre son manque de volonté de réduire ses nuisances et remet en cause son inexistence dans le quartier La Chapelle. De nombreux habitants le pensent. Mais, économiquement parlant, c'est un plus en termes financier et d'emplois pour la ville de Paris.

Espéront qu'une réelle solution soit envisagée par nos élus pour que le quartier La Chapelle retrouve sa tranquillité notamment aux abords du collège de la place Hébert, des écoles et des crèches de la rue de l'Evangile.

Hervé Léger mercredi 18 avril 2007

Commenter cet article