Propreté rue Philippe de Girard

Publié le par Hervé Léger

Tout le monde le reconnait, la rue Philippe de Girard est hélas la rue la plus sale de notre quartier. La commission propreté du conseil de quartier mise en place depuis le début de cette année 2007, le fait remarquer mois après mois au service de la propreté et de la mairie.

Il est désolant de retrouver chaque jour de nombreux encombrants un peu partout dans la rue. Une prise de conscience des habitants, des sociétés et des associations de cette rue est plus que nécessaire. Par exemple est-il normal que devant le Monoprix, l'endroit est toujours aussi sale des deux côtés de la rue?

Pourtant les agents de la propreté nettoyent cette rue. Que faire? Une solution d'ensemble réunissant l'ensemble des acteurs de cette rue, du quartier, des élus et des responsables de la propreté est nécessaire.

Pour mieux éclaircir mon propos, il serait souhaitable de modifier la rue en profondeur. Par exemple un seul stationnement dans cette rue serait un premier pas. Imaginer que le trottoir côté impair soit élargi et que l'on retire le stationnment des voitures. Par cette opération le passage d'une auto-laveuse sera facilité quotidiennement. Actuellement, il est difficile de passer le balai entre les voitures sur cette portion de trottoir notamment dans la partie Nord de la rue proche du métro Marx Dormoy.

Le réaménagement permettrait à la propreté de Paris de traiter par le biais des machines ce secteur. Actuellement le travail des balayeurs est rendu difficile par le nombre de voitures. Le passage d'une machine accentuerait le nettoyage quotidien en profondeur.

Et d'autres actions sont à mener comme le réaménagement de l'entrée du Monoprix par l'enfouisssement de la colonne à verre ou la pose de bacs de fleurs. C'est aussi permettre un meilleur alignement de la rue afin d'éviter des coins suscepitbles d'accueillir des enconbrants.

Enfin, c'est le secteur de la future rue Neuve qu'il faut espérer voir un jour sortir de terre car ces travaux doivent changer une partie de la rue. Actuellement, le projet est au point mort à cause d'une non-autorisation d'emprise de chantier rue Marx Dormoy par le préfet. Il est déplorable que le quartier subisse la guerre guerre que se livre la mairie et la préfecture...

Heureusement des choses ont bougé comme la partie sud de la rue avec l'élargissement du trottoir et le non stationnement côté impair entre le Boulevard de La Chapelle et le carrefour Pajol/Jacques Kablé.

Et vous que pensez-vous nécessaire pour que cette rue Philippe retrouve son éclat d'antan?

Hervé Léger lundi 28 mai 2007

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

josé 14/06/2007 15:26

ca a l air genial cette association du Bois Dormoy.

hervé 13/06/2007 19:21

La réunion avec le responsable de la propreté ce mercredi 13 juin n'a pas permis de rencontrer un responsable chargé de retirer les tags. Il est donc envisager de faire un courrier à la mairie, travailler avec le conseil de quartier et mettre les élus devant leurs responsabilités dans le choix de la société "Urbaine de travaux rive droite" au détriment de "Korrigan" qui officait par le passé sur notre secteur et qui maintenant travaille uniquement rive gauche. Force est de constater que KORRIGAN nous manque!!!Car à cette époque les tags étaient rétirés en temps et en heure.

Alysia 13/06/2007 11:25

Nous avons le même problème -notre immeuble rue de la Guadeloupe, et l'immeuble en face ont été tagués récemment avec le mot LEMIX, qui se trouve un peu partout dans le quartier. J'ai essayé d'appeler le service ce matin et ça sonne dans le vide. Je ne pense pas qu'on pourrait demander à notre concierge de nettoyer un tag - c'est quand-même difficile à faire. En plus nous venons de faire notre ravalement et nous n'avons pas envie de l'abîmer en faisant une bêtise, par exemple en laissant une grosse tâche. Il vaut mieux faire appel aux professionnels.

dany 12/06/2007 14:31

Autre solution : on nettoie soi-même son immeuble (habitants ou gardiens), c'est pas facile d'enlever les tags mais avec un bon produit, ça part toujours. Après on repeint si c'est de la peinture ou on gratte si c'est de la pierre.
C'est très bien que la ville propose ces services mais c'est toujours payé par nos impôts, alors si on sollicite trop ce service, ça va devenir très cher. Je pense que ce service municipal devrait être réservé aux murs publics ou aux murs privés particulièrement touchés (en bordure des squares publics par exemple).

hervé 11/06/2007 21:39

Pour les tags, cela fera l'objet ce mercredi d'une rencontre à La Chapelle avec le responsable de la propreté monsieur SINE et une éventuelle participation de la société chargée d'enlever ces graffitis.
C'est une demande faite par la commission propreté du conseil de quartier suite aux nombreux tags dans le secteur